Université de Kinshasa : les Annales 2012-2013 de la faculté de Droit portées sur les fonts baptismaux


La couverture de l'ouvrage

La couverture de l’ouvrage

Avec l’appui financier de la Mission onusienne en République démocratique du Congo (RDC), l’édition 2012-2013 des Annales de la faculté de Droit de l’Université de Kinshasa (Unikin) ont été portées, mercredi 27 mai 2015, sur les fonts baptismaux par le représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), son directeur de cabinet Adélard Kuanzala.

« En 2013, la Mission de l’Onu en République démocratique du Congo (MONUSCO), remettait officiellement un lot de 500 exemplaires des Annales 2011-2012 à la Faculté de Droit de l’Unikin. Aujourd’hui encore, elle réitère cet engagement par la remise d’un lot de 600 exemplaires des Annales, édition 2012-2013 », a déclaré la Doyenne de la Faculté, Thérèse Kenge Ngomba Tshilombayi dans son mot de circonstance, en présence des autorités académiques, onusiennes et autres invités. A cette occasion, elle a remercié vivement le patron de ma Monusco, Martin Kobler.

« La publication des annales, qui est une tradition universitaire, est aussi une obligation minimale annuelle assignée à nos unités d’enseignement et de recherche. Du point de vue de la richesse et de la qualité, cet exercice ne devrait pas se limiter à récolter des articles et études, justes destinés à servir de levier aux demandes de promotion », a expliqué le recteur de l’Unikin, Jean-Berghmans Labana Lasay’Abar. Il a précisé que, « du point de vue du contenu et de la forme, las Annales doivent être des contributions significatives à la vitalité scientifique de leurs unités d’enseignement, et à la recherche des solutions aux problèmes de la société et du monde ».

En outre, Labana Lasay’Abar a souligné que « la recherche scientifique et la publication des résultats ont besoin d’une synergie positive constituée de l’effort endogène de l’Université, de l’appui institutionnel des décideurs et du partenariat extérieur ». « Cette édition des Annales 2013 de la Faculté de droit est un résultat de cette synergie dans laquelle la MONUSCO a joué un rôle remarquable. Nous remercions de tout cœur celle-ci pour sa bienveillance et sa sollicitude qui se sont déjà avérées agissantes sur le site universitaire, notamment dans le domaine des sanitaires », a-t-il ajouté.

« La pépinière des compétences »

La recherche est l’aliment principal dont se nourrit toute Université pour surmonter les vicissitudes sociétales. Elle permet, aussi bien aux scientifiques qu’au commun des mortels, d’accéder à diverses connaissances et de mieux interpréter, au quotidien, l’évolution de la Société. « La faculté de Droit est, en matière juridique et judiciaire, la pépinière des compétences et des qualifications requises pour commander les études et pour recruter les experts locaux aux mêmes conditions que les experts internationaux », a vanté la Doyenne de la faculté.

Selon Thérèse Kenge Ngomba Tshilombayi, « ces Annales ont atteint, entre autres objectifs, la publication des résultats de recherches, des conférences organisées à la faculté, la publication des études sur les questions d’actualité juridique ainsi que des analyses de la jurisprudence ». Pour la circonstance, une centaine de professeurs, chefs de travaux et assistants répartis au sein de cinq départements et centres de recherche de la faculté de droit ont abordé différents thèmes. Le professeur Tshibangu Kalala a fait un exposé sur « la domestication du droit international de l’environnement dans l’ordre juridique congolais » et de « la question des immunités des Etats en droit international à travers une jurisprudence du Tribunal de Première instance de Bruxelles concernant notamment la Banque centrale du Congo ».

Son collègue Matthieu Telomono Bisangamani a restitué le produit de sa thèse en examinant « comment repenser la téléologie et les modalités de réparation en droit civil congolais : de la réparation intégrale du dommage à la réparation adéquate du lien social ». Le directeur de cabinet du ministre de l’ESU, Adélard Kuanzala, a baptisé cette publication de 447 pages en souhaitant « que ceux qui vont lire ces Annales trouvent une source de renseignement ». « Ensemble œuvrons pour que la recherche scientifique connaisse un essor et un rayonnement porteurs d’une visibilité éclatante de notre université », a assuré le recteur Labana.

Pour José Maria, directeur du Bureau conjoint des Nations unies pour les Droits de l’homme représentant la Monusco à cette cérémonie, l’appui de la Mission onusienne à cette œuvre relève de sa mission régalienne, notamment la promotion des valeurs comme la Paix et les Droits de l’homme. A l’en croire, l’appui de la Monusco pour la publication des Annales de la Faculté de Droit, ne serait pas loin de cette mission. Dans la foulée, la doyenne de la Faculté a annoncé que « le prochain numéro 2013-2014 est prêt et celui de 2014-2015 est en chantier », ouvrages pour lesquels elle a encore sollicité le concours de la MONUSCO et celui d’autres partenaires.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :