Nord-Kivu : Le HCR s’inquiète de l’enlèvement d’une centaine de personnes à Lubero et Walikale


Les déplacés du site de Mulange Rail, à Kalemie (Katanga), accueillant des vivres distribués par le PAM

Les déplacés du site de Mulange Rail, à Kalemie (Katanga), accueillant des vivres distribués par le PAM

Le Cluster Protection des civils du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNCHR) au Nord-Kivu se dit « alarmé » de l’enlèvement de « près d’une centaine de personnes, dont des personnels de santé ; des femmes violées et des structures de santé pillées », depuis le 16 septembre 2014 dans le village de Bunyatenge (200 Km au nord de Goma), dans le Territoire de Lubero.

Dans un communiqué publié mercredi 01 octobre 2014 à Goma, le HCR signale que, depuis début septembre, « différents groupes armés se sont affrontés à plusieurs reprises dans la zone de Kasugho, où les populations déplacée et autochtone encourent de graves risques de protection suite à l’activisme accru de ces groupes armés ».

Le Cluster Protection indique aussi que « quatre personnes civiles ont été tuées et plusieurs centaines de personnes déplacées à la suite des affrontements entre groupes armés dans le territoire de Walikale le 25 septembre 2014 ».

Appel au respect du droit international humanitaire

« Je condamne avec fermeté ces atrocités et j’appelle tous les groupes armés dans le Nord-Kivu à respecter les obligations du droit international humanitaire, qui impose à toutes les parties aux conflits armés, y compris les groupes armés, à prendre toutes les précautions pour ne pas exposer les populations civiles », a déclaré Stefano Severe, Représentant régional du HCR et coordonnateur du Cluster Protection.

Le HCR affirme que « la situation demeure tendue dans la zone  où près de 580 ménages sont arrivés à Pinga, après avoir fui des affrontements dans les localités de Bese, Buruko et Bukonde ».

Entre fin mars et début juillet 2014, plus de 50 000 personnes avaient déjà  été contraintes à fuir leurs milieux d’origine au nord de Walikale et au sud-ouest de Lubero suite à de nombreuses confrontations armées entre belligérants. Des populations du sud de Lubero redoutent l’intensification de ces confrontations et leur extension vers d’autres zones.

Les violences sexuelles, les disparitions forcées, les privations arbitraires de liberté et le travail forcé non rémunéré ou abusif sont considérés comme « des violations du droit international humanitaire ». De surcroit, les personnels et les biens sanitaires doivent être respectés et protégés par toutes les parties au conflit.

Réponse aux problèmes de protection des civils affectés par les conflits armés

Le Cluster Protection est le forum de coordination des organisations internationales et nationales civiles pour la réponse aux problèmes de protection des civils affectés par les conflits armés en RDC.

Les clusters sont des groupes sectoriels de coordination humanitaire regroupant les organisations concernées et coordonnées par une agence internationale. En RDC, le Cluster Protection est coordonné par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et regroupe environ 80 organisations membres.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :