Nord-Kivu : Les enfants jouent bien au Mendiant que leurs parents


Eric et son frère, le long d'une route à Goma

Eric et son frère, le long d’une route à Goma

Ce dernier temps dans la ville de Goma (Nord-Kivu), dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), s’observe un phénomène tout inhabituel. Des enfants qui succèdent à leurs parents,  jouent très bien au Mendiant que leurs parents de qui, ils ont hérité ce métier. Ces derniers se tenaient le long des artères publiques toute la journée, tendaient la main à chaque passant pour lui demander une aumône, en espèce ou en nature.

Tout ce que ces mendiants percevaient comme gain, leur permettait de subvenir tant soit peu aux besoins de leurs familles.

Mais, les parents ne sont pas décédés encore moins, ils n’ont pas vieilli. C’est tout simplement la stratégie qui a changée, le changement de rôle. Les parents envoient les enfants en âge de scolarité dans les rues pour prendre la relève de ce métier.

C’est le cas d’Eric (9ans) et de son jeune frère qui dort par terre soit disant « il est trop affamé » ou peut être « malade », rencontrés sur la route principale de l’Intigo, dans le centre-ville de Goma.

« Nos parents sont malades et n’ont personne pour les aider. Nous sommes leur seul espoir pour avoir quelque chose à manger, c’est pourquoi nous sommes dans la rue », a confié d’un air bien malheureux, Eric.

Et ça marche ?

Visiblement, toute personne qui passe à coté d’eux est quasiment prise d’un sentiment de pitié et voudrait bien aider ces enfants, vu la situation dans laquelle ils se retrouvent.

Le décor est bien planté pour attirer les clients. Le tout dort sur l’autre et ce dernier est entrain de tendre la main aux passants, comme pour leur dire de faire quelque chose en leur faveur.

En général, ce que cet enfant reçoit est inférieur à l’équivalent d’un dollar américain (soit 500 FC). Une somme modique.

Pour certaines personnes qui viennent au chevet de ces enfants, ils trouvent que « c’est une façon de combler le vide du travail du gouvernement, moins efficace dans l’intervention à la vie sociale des familles qui n’ont ni habitation, ni travail, encore moins, une activité pouvant leur permettre à survivre », a expliqué Kakule, un fonctionnaire de l’Etat.

C’est l’ultime espoir de toute la famille

Selon ces enfants mendiants, l’argent perçu grâce à la mendicité, « c’est l’ultime espoir de toute la Famille ». S’ils ne se rendent pas dans la rue, affirment-t-ils, « ce jour là toute la famille sera frappée par la faim ».

Ces petits mendiants ne veulent pas se rendre dans les orphelinats comme c’est le cas d’autres enfants pauvres qui trouvent refuge dans ces structures sociales pour être encadrés. Selon Eric, « là, il y a une autre forme de souffrance. C’est mieux de rester sur la voie publique, on trouve toujours quelque chose »

Il faut noter que ce phénomène des enfants mendiants prend de l’ampleur non négligeable dans les rues de Goma. Cette ville compte à elle seule plus d’une centaine d’organisations humanitaires. Et ces ONG collectent chaque année des millions pour ce travail d’assistance aux vulnérables.

Par ailleurs, certaines sources indiquent que c’est rare de trouver ces ONG « œuvrer d’une manière sérieuse en faveur des gens, les plus pauvres de la société ». Elles affirment aussi que « les autorités politico-administratives ne se prononcent pas souvent à ce sujet du fait ‘opération retour au calme’ ».

En outre, la question qui reste pendante est celle de savoir « pourquoi les parents de ces enfants ont-ils démissionné à leur métier pour qu’ils puissent charger leurs enfants, encore mineurs, à prendre la relève ? » Affaire à suivre !

2 commentaires

Il y a plusieurs ONGs qui soutiennent et aident les enfants orphelins ou personnes avec handicap. Pourquoi ces mendiants refusent le soutient et preferent rester dans la rue. les parents mendiants dans la ville de Goma aiment recevoir le poisson que d’apprendre a pécher le poisson. Donc le gouvernement provincial devrait obliger les ONG et Associations locaux de promouvoir les projets en faveur des vulnerables, orphelins, personnes avec handicape, malvoyants et autres qui remplissent la ville en mendiant.

entant que mere j’ai approche certains enfants mendiants: ils confirment que c’est leur mere qui les forces d’aller dans la rue. je pense que la police de Goma doit emprisonner les enfants mois de 18 se trouvant dans la rue pour mendier

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :