Les mystères de l’univers: Les étranges possédés d’Illfurth


Démon du corps humain

Démon du corps humain

Les cas de véritables possessions sont extrêmement rares. D’ailleurs pour qu’un cas de possession soit reconnu par l’Eglise, il faut qu’un certain nombre de conditions très strictes soient respectées. Parmi les rares cas de possession reconnus, celui des Possédés d’Illfurth occupe une place à part, aussi bien par son côté spectaculaire que par l’énigme qu’il pose à la science officielle un peu trop encline à considérer les possessions comme des formes de maladies mentales relevant de la psychiatrie. Ce qui est difficile à concevoir dans le cas des Possédés d’Illfurth.

Les faits se sont passés dans la seconde moitié du XIXème siècle dans le petit village d’Illfurth (1200 âmes à l’époque) qui se trouve près de Mulhouse en Alsace (France).
La famille Burner était une modeste famille pauvre. Le père, Joseph, était un marchand ambulant d’allumettes et d’amadou (substance inflammable servant autrefois à allumer les feux). La mère, Marie Anna est une femme au foyer qui s’occupe de ses cinq enfants.

Des enfants au comportement étrange

Tout débute en automne 1864, lorsque les deux fils aînés de la fratrie, Thibault (9 ans) et Joseph (7 ans), commencent à dépérir à vue d’œil sans aucune cause connue. Les nombreux médecins qui se succèdent à leur chevet ne trouvent aucun remède à cet affaiblissement soudain.
Ils se mettent alors à se comporter de façon étrange. Ils tournent sur eux-mêmes dans leurs lits, frappent violemment les meubles qui les entourent ou font des crises de nerfs avant de s’écrouler complètement épuisés !

Encore plus étrange, il arrive que leurs jambes s’entortillent sans qu’on puisse les séparer. A d’autres moments, une grosse boule apparaît dans l’abdomen des enfants et se déplace en tous sens avant de disparaître !

Parfois, les deux enfants sont victimes de poltergeists (esprits frappeurs) : ils sont projetés violemment de leurs chaises ou se mettent à planer au-dessus du sol ! Ils peignent d’horribles faces de démons sur les murs avec qui ils se mettent à parler et à jouer.

Un cas avéré de possession

Le curé du village, M. Briey, considéré comme un saint homme conclut rapidement à un cas de possession, car, outre les manifestations étranges frappant les deux infortunés enfants, ceux-ci se mettre souvent à blasphémer, entrent dans des colères épouvantables à la vue de crucifix ou d’eau bénite. Quand le nom de la Vierge Marie, de Jésus Christ ou de la Sainte Trinité sont prononcés, les enfants se mettent à hurler de terreur !

De plus, les deux enfants, malgré le fait qu’ils aient été peu scolarisés se mettent à parler de nombreuses langues : le français, l’anglais, le latin et des dialectes d’autres provinces françaises ou espagnoles alors qu’ils n’ont jamais quitté leur village.. Le don des langues est un phénomène souvent aussi noté dans les cas de possession.

Des enfants aux prises avec quatre démons

Le cas finit par attirer à Illfurth de nombreuses sommités de l’Eglise et du monde scientifique qui restent perplexes devant ce phénomène exceptionnel.
Néanmoins, à force de questionner les enfants, on finit par savoir qu’ils sont tous les deux possédés par deux démons chacun.
Thibault est possédé par deux êtres maléfiques prétendant s’appeler Ypès et Orobas, le premier déclarant commander à 71 légions démoniaques.
Joseph, quant à lui, est la victime d’un démon du nom de Solalethiel tandis que le deuxième être démoniaque possédant l’infortuné enfant ne révélera jamais son nom.
Leur point commun étant de tous avoir une terreur innommable de la Vierge Marie et de se plaindre d’avoir été chassés du Paradis.

Des dons de voyance étonnants

Les enfants manifestent aussi des dons de voyance. A plusieurs reprises, ils annoncèrent les décès de certains habitants du village. Ainsi, en une occasion, juste avant la mort d’une certaine Frau Müller, Thibault s’agenouille au pied de son lit pour sonner un glas invisible. Une autre fois, alors qu’il se livre à la même cérémonie, on lui en demande la raison.
Il déclare « Je sonne le glas pour Gregor Kunege » Alors que la fille de celui-ci lui répond avec scepticisme et colère que son père n’est même pas malade ; il rétorque : «  Il vient de faire une chute ! Va voir toi-même ». Cette sombre prédiction se révéla exacte, l’homme venait de tomber d’un échafaudage.

Des démons très difficiles à déloger !

Après une première tentative d’exorcisme infructueuse en Suisse, l’Evêque de Strasbourg, Mgr Raess, envoie en avril 1869 trois théologiens à Illfurth. Ils confirment le cas de possession et conseillent d’isoler Thibault dans un monastère. Le 3 octobre 1869 commence un exorcisme qui dure deux jours et qui nécessite la présence de onze religieux. Ce n’est qu’après une ultime évocation de la Vierge Marie que le petit Thibault s’écroule au sol, délivré à jamais de l’emprise maléfique.

Quant à l’exorcisme de Joseph, toujours à Illfurth, il se déroulera le 27 octobre 1869 Comme dans le cas de Thibault, les démons ne lâchèrent prise qu’après de nombreuses heures et toujours à l’évocation de la Vierge Marie !

Finalement, il ne fallut pas moins de cinq ans pour que les deux frères soient débarrassés définitivement de l’emprise démoniaque. Les deux frères ne devaient pas survivre longtemps aux terribles épreuves physiques et psychologiques qu’ils avaient endurées. Thibaut mourut en 1871 à l’âge de seize ans. Joseph survécut jusqu’en 1882.

Vers 1870, les paroissiens d’Illfurth se cotisèrent pour faire ériger une colonne de pierre surmontée une statue de la Sainte Vierge en face de l’ancienne ferme des Burner aujourd’hui détruite.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :