RDC : Ouverture de la session ordinaire de septembre à l’Assemblée Nationale


Palais du peuple, siège du parlement de la RDC

Palais du peuple, siège du parlement de la RDC

La session ordinaire de septembre de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo (RDC), s’est ouverte au Palais du peuple de Kinshasa, dans la mi-journée du lundi 16 septembre 2013. La cérémonie d’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale de septembre, intervient peu après celle du Sénat. Elle sera essentiellement budgétaire et va permettre de voter le budget exercice 2014 dans les deux chambres du parlement de la République.

Mais, cette session va également traiter des points hautement importants sur le plan politique. Des points qui émaneront des concertations nationales initiées par le président Joseph Kabila pour notamment « mettre un terme à la crise qui secoue l’Est de la RDC et renforcer la cohésion nationale».

Pour rappel, les concertations nationales dont les travaux devront éventuellement accélérer cette semaine, ont débuté officiellement samedi 10 septembre 2013. « La quasi-totalité des groupes thématiques ont été mis en place et fonctionnent déjà », affirment certaines sources au Palais du peuple.

Les mêmes sources ont confié à Radio Okapi que, « si dans la thématique gouvernance, la question de l’amélioration de la situation générale du peuple congolais sera discutée, la problématique de double nationalité fera également l’objet de débat au sein du groupe thématique. Mais aussi, les conflits communautaires, la question électorale et celle de la mise en place de la décentralisation, ne seront pas en reste.

Les délégués à ces assises souhaitent qu’à l’issue de ces concertations, la décentralisation soit effective et cela, dans un bref délai. Certains délégués de l’opposition pensent que les gouverneurs devront être désormais nommés et non élus comme c’est le cas actuellement.

Ils précisent que cette nomination qui devrait être conforme à la représentativité des composantes politiques. Cependant, si l’on en croit à cette logique, « les provinces comme l’Equateur et Kinshasa devront en principe revenir à l’opposition et non le contraire », estiment-ils.

Quant à la diaspora présente à ces assises, insiste sur la révision de la loi sur la nationalité. Selon eux, « c’est une question d’ouvrir le pays à l’acquisition d’une double nationalité ».

Par ailleurs, certains délégués s’attendent à ce que l’issue des concertations nationales débouche sur la mise en place d’un gouvernement d’union national. D’où la nécessité, selon certains délégué de la majorité présidentielle, de revoir la constitution. Ou tout simplement, d’élaborer une nouvelle constitution qui devra s’adapter à la réalité actuelle du pays. Une situation que l’opposition ne partage pas jusque-là.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :