La NSCC et alliés signent un protocole d’accord sur la participation « inclusive » aux concertations nationales


Les orateurs de la journée

Les orateurs de la journée

La Nouvelle société civile (NSCC), la Coalition nationale des organisations de la société civile (CONOSIC) ainsi que le Forum des leaders (FL) et alliés, ont signé mercredi 24 juillet 2013 à Kinshasa, un protocole d’accord sur la participation inclusive de la Société civile aux concertations nationales, lors de leur assemblée générale tenue le même jour.

Ils ont, par la même occasion, présenté l’économie de leur cahier des charges commun, en cours d’élaboration.

Les organisations signataires dudit protocole s’engagent à respecter et défendre leur cahier des charges et ont convenu de mener, dès la signature de ce protocole, des actions de « manière concertée et paritaire ».

Elles se sont également engagées à se concerter pour toutes questions se rapportant aux concertations nationales, en vue d’avoir une position commune. Elles disent ne plus reconnaitre toutes initiatives « d’où qu’elles viennent », auxquelles n’ont pas été associées leurs délégués.

Cependant, les organisations et plates-formes signataires du protocole affirment « être ouvertes à toutes initiatives visant la cohésion de la société civile et un cahier des charges commun ».

« Œuvrer pas comme des aventuriers »

« Il s’agit de la signature du protocole d’accord qui  nous lie, entre les acteurs de la Société civile. Parce que nous ne devons pas œuvrer comme des aventuriers mais, en terme des acteurs engagés à toute responsabilité », a affirmé Jonas Tshiombela Kabiena, coordonnateur national de la NSCC.

Il a précisé que « chacun de nous a sa part de responsabilité dans ce que nous faisons. Il ne faut pas utiliser les autres comme des marchepieds ni nous utiliser nous-mêmes comme des marchepieds. Il s’agit d’un engagement citoyen auquel nous avons tous souscris, pour faire avancer un certain nombre de choses sur les enjeux des questions de l’heure ».

La journée était animée par quelques exposés d’orientation et d’éclairage de l’opinion, faits par des experts. Notamment le professeur Philipe Biyoya qui a développé le thème : « La Problématique de la paix et réconciliation dans la sous-région des grands lacs : enjeux et perspectives».

L’orateur a démontré que la Société est un cadre géométrique de la fraternité et que la réconciliation n’est possible que dans la confiance entre la population et le pouvoir.

Philipe Biyoya a démontré que « nous ne sommes jamais d’accord avec le mode de prise de décisions par le pouvoir, concernant notre avenir ». Et cela, « à tous les niveaux ».

« Les concertations sont possibles dans la confiance, en adoptant les idées des uns et des autres et en ayant de l’estime les uns envers les autres », argumente le professeur Biyoya.

Selon lui, « les concertations doivent être un système fiable, garant de la compétitivité des meilleurs. « Nous n’avons pas besoin des partis politiques des tributs mais, de l’Etat », a-t-il Et ajouté.

« SCELLER L’UNITE DES FORCES SOCIALES… »

Les organisations et plates-formes signataires du protocole d’accord ont promis de poursuivre leurs travaux qui ont débuté dimanche 21 juillet 2013, jusqu’à dimanche prochain, sur le cahier de charge mais aussi, sur le cadre des concertations de la Société civile.

Jonas Tshiombela souligne que « nous devons discuter avec les autres qui ont travaillé et n’ont pas été associés. Et nous sommes en train de voir comment cette dynamique peut être mise en marche pour que les choses avancent ».

Tout ceci, au nom de l’unité et de l’organisation de la société civile dans sa diversité. Car, pensent-ils,  c’est une considération de la « volonté du pouvoir public et des partenaires internationaux d’avoir une interface de la Société civile qui servirait de courroie de transmission entre eux et les organisations de la Société civile du pays, à travers  lesquelles le développement à la base peut être impulsé ».

Les parties signataires du protocole se disent déterminés, à « sceller l’unité des forces sociales pour faire prévaloir les attentes du peuple au cours de ces assises ; qu’à cet effet, il sied d’élaborer un cahier de charges contenant les désidératas du peuple ».

//

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :