Nord-Kivu : plus de 150 personnes tuées dans la zone de Pinga


Le Dr Mukwege avec les victimes des violences à Goma

Le Dr Mukwege avec les victimes des violences à Goma

Plus de 150 personnes ont trouvé la mort depuis fin mai dans la zone de Pinga, au nord-est du territoire de Walikale (Nord-Kivu), a annoncé mercredi 5 juin à Kinshasa le Bureau de coordination de l’ONU pour les affaires humanitaires en République démocratique du Congo (OCHA-RDC).

L’insécurité, qui y sévit depuis le 28 avril à la suite des affrontements à répétition entre groupes armés, est exacerbée par des tensions intercommunautaires et provoque des déplacements pendulaires de populations. Elle a déjà occasionné la suspension de la majorité des activités humanitaires dans cette zone.

Exactions

OCHA rapporte que, dans le territoire de Masisi, différents groupes armés « ont occupé les positions laissées par l’armée nationale, proches des agglomérations de Kitchanga et Masisi-centre, et ont érigé des barrières de taxations illégales ».

Il affirme que les populations autochtones et déplacées font l’objet d’exactions diverses, tandis que la communauté humanitaire du Nord-Kivu mène actuellement des interventions en faveur  de ces personnes déplacées sur les sites alternatifs transitoires (SAT) à Sotraki (3.400 personnes) et une extension du site spontané de Bughimba (1 600 personnes).

Les ONG Norwegian Church Aid (NCA) et Oxfam apportent   l’assistance dans le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, en même temps que Handicap international, le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF et la Croix-Rouge congolaise érigeaient les tentes en faveur de ces personnes vulnérables.

En ce qui la concerne, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a déployé une clinique mobile et la  8ème Communauté des églises pentecôtistes d’Afrique centrale mène une évaluation nutritionnelle.

Selon OCHA, les sites sont coordonnés et gérés par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), avec le soutien de la protection civile provinciale et la Commission nationale pour les réfugiés (CNR).

 

 

 

//

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :