L’épouse de Diomi Ndongala menace d’entamer une grève de la faim à partir du lundi


L'opposant congolais Eugène Diomi Ndongala, président de la Démocratie Chrétienne (DC), un parti de l'opposition.

L’opposant congolais Eugène Diomi Ndongala, président de la Démocratie Chrétienne (DC), un parti de l’opposition.

L’épouse de l’opposant congolais Eugène Diomi Ndongala, Particia Diomi, menace d’entamer « une grève de la faim à partir de lundi prochain »  si son mari accusé de viol et de complot contre la sureté de l’Etat ne sort pas rapidement de la prison ». Eugène Diomi Ndongala

est en prison depuis un mois. Selon la loi, rappelle Particia Diomi, « en tant que député, mon mari devrait être en résidence surveillée mais, pas en prison ». Elle parle de tortures et accuse directement le président Joseph Kabila.

« On attend le mot d’ordre du chef. Il doit décider parce qu’il faut dire la vérité jusqu’au fond. C’est pourquoi je dis que le député Ndongala est un otage personnel de Monsieur Kabila. », a déclaré vendredi 17 mai 2013, Patricia Diomi sur les ondes de RFI au cours d’une édition du journal parlé.

Elle remet en cause l’indépendance de la justice et pense que la détention de son mari est une faiblesse de l’Etat de droit.

« Nous pouvons inventer une troisième requête à la cours suprême même une vingtaine,…C’est une question de déni de justice, de faiblesse d’état de droit », a-t-elle indiqué. Avant d’ajouter que « mon mari est prisonnier politique de ce régime. C’est pourquoi je vous dis que si ça continue, je vais commencer une grève de la faim illimitée à partir du lundi prochain ».

Patricia Diomi a avoué ne pas avoir « d’autres moyens et je ne peux pas accepter que mon mari, ma famille et moi-même, nous soyons placés dans une situation de morts civils. »

« La justice peut prendre des mesures exceptionnelles »

Pour le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, des menaces de Patricia Diomi n’intimident pas le gouvernement. Il justifie la détention de l’opposant Diomi Ndongala pour éviter que celui-ci ne puisse se soustraire à la justice.

« Nous savons ce qui est arrivé à ce député. Il a disparu pendant au moins trois, quatre, cinq, six mois ici de son fait. Il a prétendu que ce sont les autorités qui l’avaient fait disparaître alors que lui-même fouillait justement la justice », a répliqué Lambert Mende sur la même chaîne.

Il a expliqué que Eugène Diomi Ndongala « a été appréhendé au Beach Ngobila en train de fuir. La justice peut prendre des mesures exceptionnelles compte tenue du comportement exceptionnel de monsieur le député qui ne s’est pas comporté comme un député ayant toute sa dignité ».

Lambert Mende a souligné que l’opposant congolais a essayé de se soustraire forcément. Donc, explique-il, « on doit s’assurer qu’il se présente devant ses juges et si  le fait de le garder en lieu clos est la seule précaution possible pour cela, je pense que les besoins de la justice passent devant les autres besoins, notamment, du confort de la personne qui est poursuivie ».

Le député Eugène Diomi Ndongala, est président de la Démocratie chrétienne (DC), un parti de l’opposition.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :