Environ 87.000 enfants de moins de 5 ans meurent de la pneumonie en RDC, et près de 60.000 de la diarrhée


Vaccination d'un enfant

Vaccination d’un enfant

Le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ont conjointement lancé vendredi 12 avril 2013, le « Plan d’action global pour la prévention et le contrôle de la diarrhée et la pneumonie». Selon le Bureau de coordination de l’ONU aux affaires humanitaires en RDC (OCHA-RDC), « environ 87.000 enfants en-dessous de 5 ans meurent de la pneumonie en RDC, et près de 60.000 de la diarrhée chaque année ».

Selon un rapport de Monaco international Clubbing show (MICS) de 2010, on note qu’en République démocratique du Congo (RDC), le taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans a baissé entre 2001 et 2010, passant de 213 à 158 pour mille naissances ».

En dépit des progrès accomplis, « trop d’enfants meurent de causes évitables, dont la pneumonie et la diarrhée, respectivement 2ème  et 4ème  cause de la mortalité des enfants de moins de cinq ans », indique un communiqué d’OCHA-RDC.

Selon ce Plan d’action conjoint, tous les efforts doivent être déployés en vue de stopper la mortalité évitable des enfants due à la diarrhée et la pneumonie. Mais aussi, lutter contre ces deux maladies « tueuses des enfants » et réaliser des progrès significatifs vers l’atteinte du quatrième Objectif du millénaire pour le développement (OMD 4).

«Les parents et la communauté doivent améliorer la prise en charge à domicile des enfants souffrant de diarrhée ou de pneumonie; de même que les professionnels de santé devraient aussi traiter correctement ces enfants par les médicaments recommandés, notamment en respectant strictement la dose et la fréquence d’administration de ces médicaments », a déclaré Félix Kabange Numbi Mukwampa, ministre Congolais de la Santé Publique.

Il estime qu’ « il n’est plus admissible que des enfants continuent à mourir des pathologies dont la prévention et le traitement corrects sont à notre portée».

En outre, le ministère de la Santé publique, l’OMS et l’UNICEF insistent sur la nécessité d’agir suffisamment à temps pour sauver des vies, « en utilisant le sel de réhydratation orale » et recommandent fortement « l’utilisation du zinc dans le traitement des diarrhées, de même que la vaccination contre les infections à pneumocoque, afin de renforcer l’immunité des enfants et éviter l’usage abusif des antibiotiques qui peuvent avoir des conséquences néfastes sur leur santé ».

Dans le Plan d’action global pour la prévention et le contrôle de la diarrhée et la pneumonie qui vient d’être lancé, trois axes sont privilégiés : la protection, la prévention et le traitement.

Dans la protection, il s’agit de « faire adopter de bonnes pratiques en santé dès la naissance de l’enfant, telles que l’allaitement maternel exclusif au cours des six premiers mois et la supplémentation en vitamine A ».

Concernant la prévention, il faut notamment « assurer une large couverture vaccinale à chaque enfant, encourager le lavage des mains à l’eau propre et au savon ». Pour le traitement des enfants malades, il faut « continuer de les alimenter et leur donner les médicaments prescrits dans un centre de santé comme le sel de réhydratation orale, le zinc, et les antibiotiques », souligne le plan d’action conjoint.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :