Monusco : « Le transfert de Bosco Ntaganda à la CPI permettra de faire avancer le processus de paix en RDC »


Bosco Ntaganda

Bosco Ntaganda

La Mission de l’Onu pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) se félicite de la reddition du « rebelle congolais » Bosco Ntaganda et de la décision des Etats-Unis de le transférer à la Haye. « La reddition de Ntaganda et son prochain transfert à la CPI permettront de faire avancer le processus de paix en RDC », a déclaré mercredi 20 mars à Kinshasa  le porte-parole de la Monusco.

Pour le représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies en RDC Roger Meece, le transfert de Bosco Ntaganda à la CPI est également « un  message fort adressé aux autres auteurs de violations des droits de l’homme signifiant qu’ils ne peuvent échapper à la justice ».

Bosco Ntaganda est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour sept chefs d’accusation pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, et de trois chefs d’accusation pour crimes contre l’humanité commis en Ituri (Province Orientale) entre 2002 et 2003.

Il est également accusé d’être responsable de l’utilisation d’enfants dans des conflits armés ainsi que de meurtres, de viols et d’esclavage sexuel. Avant sa reddition, il était l’un des fondateurs et chefs de la rébellion du M23 à l’Est de la RDC.

Mary Robinson nommée envoyée spéciale pour les Grands Lacs

Le suspense est enfin levé. Le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-Moon a annoncé mercredi 20 mars 2013 la nomination de l’ancienne présidente de l’Irlande Mary Robinson en qualité d’envoyée spéciale pour la région des Grands Lacs d’Afrique.

Mary Robinson jouera un rôle important dans l’appui à la mise en œuvre, par ses signataires, de l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en RDC et dans la région des Grands-Lacs.

Elle apporte  avec elle plus de quatre décennies d’expérience en politique et en diplomatie. Présidente de l’Irlande de 1990 à 1997 et membre du Sénat Irlandais de 1969 à 1989, Mme Robinson a une expérience internationale considérable, comme en attestent ses fonctions de Haut-commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, de 1997 à 2002.

Outre ses nouvelles attributions, Mary Robinson gardera son poste de présidente de la « Mary Robinson foundation-climate justice », un centre de réflexion sur le leadership, l’éducation et le plaidoyer sur le combat visant à obtenir justice pour les nombreuses victimes souvent oubliées des changements climatiques, notamment les pauvres, les impuissants et les marginalisés du monde entier.

De 2002 à 2010, Mme Robinson a dirigé l’organisation « Realizing rights : the ethical globalization initiative », dont l’activité principale consiste à renforcer le leadership des femmes et à promouvoir l’entreprise citoyenne.

Elle est également membre des sages et siège au comité directeur et des prix de la Fondation Mo Ibrahim.
C’est pour tous ses atouts que le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-Moon apprécie l’importance de son travail ainsi que son engagement.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :